Les cantines du mardi
12h30 - 14h00

Les cantines du mardi

Des cantines à prix libre en soutien à des collectifs et des luttes autonomes

 

Chaque mardi midi (ou presque.. on essaie:) un collectif marseillais vous propose un repas complet (entrée, plat, dessert) à prix libre, en général cuisinés à partir d’aliments de récup’ ou bien issus de jardins du coin. Les recettes viennent financer des collectifs, des amiEs en galère, des projets autonomes (une équipe de foot mixte et autogérée par exemple), et d’autres causes en fonction des actu du moment…

 

ACTU rentrée 2018-2019 !

A partir du mois de novembre, nous espérons bien ouvrir chaque mardi. Les collectifs suivant devraient se relayer cette année :

???

Qui ravitaille les affamé.e.s les 1ers mardi du mois ? Pas de collectif régulier pour l’instant… Mais on sait que pour novembre et décembre, un copain de la CASOCO s’occupera des marmites ! Après à voir, n’hésitez pas à vous proposer !

La CASOCO

La CAntine de SOlidarité des COpains Copines fait chauffer les fourneaux les 2èmes mardi du mois.

 

L’idée de la CASOCO est assez simple, on met les grands plats dans les petits et on cuisine un chouette repas à prix libre avec les légumes des jardins des potes et de la récup’ d’içi et là ! Grâce au prix libre, on nourrit la caisse de solidarité des copains et copines. On reverse chaque mois la thune vers des collectifs de soutien, des projets amis, des caisse de grève ou pour aider des ami.e.s en galère. Ça permet de soutenir collectivement les appels à besoins d’argent et de mettre en place des formes d’entraide concrètes pour répondre aux besoins des un.E.s.

 

????

On attend la réponse d’un collectif qui viendrait faire chauffer la batterie de cuisine tous les 3èmes mardi du mois.

La CSA (Communauté de Soutien à l’Agriculture)

En lien avec un terrain situé dans le Var à une heure de Marseille, cette cantine des 4èmes mardi du mois vient soutenir la mise en place d’une petite communauté de soutien à l’agriculture. Le concept (tiré du monde anglosaxon, qui inspira les AMAP), en gros, c’est qu’on s’organise collectivement, en petit groupe, avec un ou plusieurs paysans, pour produire et se fournir en aliments, à la mode qu’on veut.

Pour l’instant on cherche encore quelques gens intéressé.e.s, et on devrait sortir les premiers légumes d’ici le printemps ! Et si ça marche bien on aimerait pouvoir proposer un petit non-marché ou marché à prix libre, après la cantine.

 

 

 

 

 

 

Comme disait Papy Lucho : «La révolution commence dans notre assiette!»

Répondre

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.